BOURSE AUX JOUETS

 

Notre bourse aux jouets aura lieu le 20 novembre 2016 à la salle Henry Depierre  à St-Avertin.

(Ne plus s'inscrire salle complète)

Challenge réussi pour le CASAS.

 

Ce week end se tenait le Championnat de France de tir en campagne par équipe au château de Valmer à Chancay organisé par  Montlouis sur Loire.
Nos deux équipes médaillées l'an passé (femmes championnes de France et les hommes vice-champions) se présentaient avec une envie de bien faire !
C est plus que chose faite avec un titre pour les expérimentés et insatiables hommes ! Et une belle surprise pour l’équipe femmes sans « porte » qui a trouvé une issue de secours avec une très belle médaille de bronze pour elles  qui se passaient de Chantal partie aux Monde à Dublin ce matin. Enorme bravo à Emmanuelle Petit, novice en tir campagne à relevé le défi en se mettant au sans viseur pour remplacer notre internationale.

L’équipe Hommes était composée de Stéphane Boissau  (poulies), Nicolas gaudron (classique) et Christophe Clément (B-B). L’équipe femme, Véronique Laurent (poulies), Marion Lenglet (classique) et Emmanuelle Petit (B-B). Sans oublier le coach Jean-Marie Papin.

 

BRAVO ET FELICITATIONS A TOUTES ET A TOUS.

Nr du 26/09/2016

Résultats

NR d matin .
Énorme bravo à Véronique Laurent , Marion Lenglet ,Emmanuelle Petit et les garçons Christophe Clément, Nicolas Gaudron et Stephane Boisseau .
Sans oublier le coach J.M Papin . matin .
Énorme bravo à Véronique Laurent , Marion Lenglet ,Emmanuelle Petit et les garçons Christophe Clément, Nicolas Gaudron et Stephane Boisseau .
Sans oublier le coach J.M Papin .

 

Éric Pereira : " Grandiose "

Bien que battu dès le premier tour du tournoi d’arc à poulies, l’archer tourangeau Éric Pereira ne veut retenir que la magie des Jeux. Impressions depuis le Brésil.

La déception est passée. « J'ai une chance inouïe. » « Le village, c'est quelque chose de grandiose. » « De supers souvenirs. » Ce sont bien toutes ces émotions que gardera Éric Pereira de ces Jeux paralympiques de Rio. Bien plus que l'échec sportif en soi, lui qui visait le dernier carré… Et de fait, hier, au bout du fil et de l'autre côté de l'Atlantique, l'archer du Casas avait la voix d'un homme heureux.

Son match

« Le pas de tir était vraiment difficile : avec un beau point de vue, c'est sûr, mais surtout le vent qui s'engouffre entre les tribunes. Et comme je n'ai pas de bons appuis, c'était difficile. Mon entraîneur me disait bien de me redresser, mais je n'avais pas de sensations au sol, alors avec le vent, c'était vraiment compliqué. Dans le troisième set, mercredi, c'est comme ça que j'ai fait un 7. Après, c'est à moi d'attaquer et je me crispe, je ne tire pas naturellement. Je fais deux fois 8, alors que je n'aurais jamais dû faire cela. J'ai ouvert la porte à Pavlik, et lui s'y est engouffré. Il était meilleur, régulier et il a beaucoup d'expérience. »

Les Jeux compétition à part

« C'est une compétition complètement différente, de par sa longueur, la préparation qu'elle induit et l'intensité de la compétition. On en avait parlé avec mon entraîneur de Saint-Avertin, Mickaël Vanpoucke, dès le début. Il m'avait dit combien le contexte allait être différent. Dans ma petite tête, j'espérais bien aller au bout mais il faut être réaliste : l'Italien qui est médaillé d'argent, il a 25 ans de tir à l'arc et plusieurs Jeux à son actif. J'ai fait des championnats du monde, mais c'est vraiment différent. Ici, les matchs ne s'enchaînent pas. On avait 3 h de bus à faire chaque jour ; on a eu beaucoup de jours d'entraînement avant de tirer. Il fallait parfois se battre pour avoir une place sur le pas de tir. C'est les Jeux : j'apprends, je découvre. »

La cérémonie, le Maracana

« On a chanté notre petite Marseillaise dans le tunnel, avant d'entrer dans le stade. Et là, le public a hurlé. C'était magnifique, le tour d'honneur, avec tous ces bénévoles. C'était formidable. Et puis, le Maracana, c'est un lieu magnifique et mythique. J'avais pris ma GoPro. Ce sont de supers souvenirs gardés dans ma caméra, mon ordinateur et ma tête. On n'est pas resté au spectacle après, car il ne fallait pas brûler d'énergie. Par contre, on restera jusqu'au bout pour la cérémonie de clôture. »

La magie des Jeux

« J'ai eu un accident mais aujourd'hui, avoir vécu tout cela, c'est fabuleux. J'ai une chance inouïe, ouais. Il n'y a pas de mots pour cela. Le village, c'est quelque chose de grandiose. Le restaurant, c'est six terrains de foot ! C'est un monde à part, on vit entre nous, on rencontre des sportifs du monde entier. Les Brésiliens sont des gens formidables. Contrairement aux échos entendus lors des JO, on est choyé. C'est vraiment fantastique. »

Le rêve olympique continue

« Je repars pour quatre ans. J'en ai déjà parlé avec mon épouse qui a dit oui. Mais, ce n'est pas rien de se dire qu'on repart pour une olympiade, c'est beaucoup de sacrifices. Cela fait quatre ans qu'on n'est pas partis en vacances. Je vais fêter mes 56 ans demain (aujourd'hui), cela veut dire que j'aurai 60 ans à Tokyo. Il faudra voir si mon physique tient jusque-là. Mais tant qu'il tient, je me fixe cet objectif. »

Pereira échoue dans sa quête

Après des qualifications ratées, Éric Pereira est tombé sur un os dès le premier tour hier. Le n° 2 mondial était trop fort pour le Tourangeau.

Éric Pereira n'avait pas caché ses ambitions avant de partir pour Rio et son tournoi paralympique d'arc à poulies. L'archer de Tauxigny et du Casas visait le dernier carré. Lui qui n'a que cinq ans de tir à l'arc derrière lui. Et qui découvrait les Jeux, à 55 ans.

Hélas, le rêve a tourné court. Déjà auteur de qualifications très moyennes (27e sur 31) samedi, il ne s'était pas rendu la tâche facile. Et, hier, face à Marcel Pavlik, le n° 2 mondial, il a dû s'incliner dès le premier tour…

Dans le coup à mi-match

Dur, évidemment. Frustrant, sans doute aussi si l'on regarde l'évolution du match. Car c'est bien le Français qui avait pris le meilleur départ : 28-27 pour la première volée, 29-28 pour la deuxième.
Mais deux petits points d'avance face à l'un des tout meilleurs tireurs mondiaux, cela reste peu et ne laisse guère de place à l'erreur. De fait, le Slovaque a livré un match extrêmement propre, avec des 9 en guise de " pires " flèches…
Rattrapé après la troisième volée (84-84), avec un 7 au passage, Éric Pereira a ensuite lâché prise, avec notamment un 25-29 dans la cinquième et dernière volée.
Son entraîneur à Saint-Avertin, Mickaël Vanpoucke a suivi cela, évidemment. Et il craint que son " élève " ait péché par envie de trop bien faire. « Vu de loin, il s'est peut-être fait rattraper par cela. Au lieu de rester à son niveau, Éric a peut-être voulu garder le match en main. Or, quand on essaie de faire autre chose que ce que l'on sait faire, cela donne parfois l'effet inverse… »
Le coach d'Éric Pereira, en attendant de débriefer de vive voix avec lui, restait néanmoins très positif. « On avait vraiment travaillé ses débuts de match. C'est toujours un moment compliqué à gérer, a fortiori lors des Jeux. Son entame face à Pavlik prouve qu'il peut tenir ce niveau de performance. Gageons que ces Jeux lui auront donné une bonne expérience, en espérant qu'il rempile pour quatre ans. »
Et de rappeler qu'Éric Pereira reste « un jeune archer. Il y a vraiment des choses intéressantes à en tirer, surtout après ses qualifications loupées. Il nous a donné espoir avec son début de match. Mais avec Pavlik, il avait une tâche ardue… »
Un peu trop manifestement.

Saint-Avertin sur le podium

Toujours pas de titre de championnes de France par équipe en D1, mais un nouveau podium tout de même pour les archères de Saint-Avertin, ce week-end à Ruelle-sur-Touvre, en Charente.

Battue en demi-finale par Voves (aux barrages) – le futur champion porté par une excellente Clémence Tellier –, le trio composé de Laurie Lecointre, Émilie Lacroix et Noémie Brianne a ainsi été chercher la médaille de bronze en dominant Neuilly-sur-Marne (5-3). Un résultat qui confirme la place du Casas parmi les toutes meilleures équipes féminines de tir à l'arc dans l'hexagone. « Bravo tout d'abord à Voves, qui a ensuite battu Brienon en finale, affirme Mickaël Vanpoucke, le coach saint-avertinois. De notre côté, les filles ont su passer au-delà de la frustration pour ramener une médaille. Cela démontre notre régularité au plus haut niveau. Mais il faut que l'on travaille encore pour gravir cette dernière marche… » 
Après l'épreuve par équipe disputée samedi, les trois Saint-Avertinoises avaient rendez-vous hier pour le tableau individuel final. Les intéressées n'ont pas réussi à franchir le cap des 16es de finale, Laurie Lecointre étant battue (6-2) par la future finaliste Marion Bardary (Cestas), Émilie Lacroix par une solide Ambre Puisieux (Compiègne, 6-2) et Noémie Brianne par Bérangère Rogazy (Annemasse, 7-3). Un bilan individuel donc mitigé.
A noter cependant le bon tournoi de l'équipe mixte, avec Émilie Lacroix et Anatole Couasnon, qualifiée pour la première fois pour le tableau final, où elle a atteint les quarts de finale, éliminée par Nice.

Les garçons rélégués mais en progrès

Pas de miracle en revanche pour les garçons du Casas, qui terminent à la 16e et dernière place de la D1 et sont donc relégués en D2. Mais l'expérience acquise et les progrès affichés par les cadets devraient porter leurs fruits dans le futur. « Ils sortent la tête haute », souligne même Mickaël Vanpoucke.
Le titre a été décroché par les Nîmois, tombeurs de Rennes en finale, avec notamment le vice-champion olympique Jean-Charles Valladont dans leurs rangs.

> Jeux Paralympiques : Éric Pereira 27e des qualifs. L'archer de Saint-Avertin, Éric Pereira, a disputé samedi les qualifications du concours des Jeux Paralympiques de Rio. Auteur d'une prestation en demi-teinte (640 points) et sans doute gêné par des conditions venteuses, il a dû de contenter de la 27e place (sur 31) et affrontera le Slovaque Marcel Pavlik (6e des qualifs et n° 2 mondial), mercredi en 16e de finale (à partir de 18 h en Fance).

 

Les filles du Casas visent le titre

Deux fois vice-championnes de France par équipe, une fois troisièmes, une fois quatrièmes et une fois cinquièmes, les archères de Saint-Avertin ont cette fois-ci dans le viseur, ce week-end à Ruelle-sur-Touvre (Charente), la première place de la finale du championnat, synonyme de titre national.
« La seule place qui nous manque lors de cette finale du championnat de France par équipe, c'est la première, rappelle ainsi Mickael Vanpoucke, l'entraîneur du Casas. L'objectif est donc d'aller chercher ce titre pour compléter la collection de médailles. Mais le plus important pour les filles, c'est de demeurer compétitif sur la durée, de faire partie du top 3-4 tous les ans…. »

" Réussir à être tout de suite à l'attaque "

Cette année 2016 sera-t-elle la bonne pour le club du président Robin ? La saison a en tout cas été porteuse de gros espoirs, avec des résultats solides et une première place (sur 16 équipes) cédée seulement à Brienon lors du dernier rendez-vous de la phase régulière, disputé début juillet à Saint-Avertin.
Mais la deuxième place a suffi au trio composé de Noémie Brianne, Émilie Lacroix et Laurie Lecointre pour se qualifier directement pour les demi-finales, ce week-end près d'Angoulême. « On va en effet débuter directement en demi-finale et il faudra réussir à être tout de suite à l'attaque, face à un adversaire qui aura lui disputer trois matchs de poule », souligne l'entraîneur saint-avertinois. Un rival qui, si la logique est respectée, devrait être Compiègne, troisième de la phase régulière.
Les archères du Casas ont repris l'entraînement avec envie et détermination depuis deux semaines. La stabilisation de leur situation personnelle, que cela soit au niveau des études ou du travail, leur permet d'appréhender le tir à l'arc avec encore plus de plaisir. Cet état d'esprit libéré, ajouté à l'expérience acquise ces dernières années, pourrait composer le cocktail gagnant ce week-end en Charente.
« Le niveau de la concurrence est élevé mais les filles ont envie de s'offrir un beau cadeau, ajoute Mickael Vanpoucke, qui espère également des performances en individuel. Les filles ont réussi à faire deux podiums cette année, avec Emilie et Noémie. Ramener une autre médaille en individuel constitue donc un autre objectif.  »
Rendez-vous est pris ce samedi après-midi pour la demi-finale, avec espérons-le un ticket pour la grande finale prévue dimanche à partir de 13 h 45.
L'équipe garçons, composée de Jean-Philippe Bridonneau, Anatole Couasnon, Liam Forêt et Théo Dupuis, sera également en lice lors de cette finale de la D1. Actuellement 15es et relégables, les jeunes saint-avertinois (trois cadets) n'ont plus leur destin entre les mains mais « ils vont se battre jusqu'au bout, pour confirmer leur progression ». L'occasion aussi de côtoyer l'élite française, dont le récent vice-champion olympique Jean-Charles Valladont (Nîmes).

Aujourd'hui : à partir de 8 h 30, qualifications femmes : à partir de 12 h, qualifications hommes ; à partir de 16 h 30, matchs de poules par équipe et demi-finales. Dimanche : à partir de 9 h, tableau final individuel (femmes et hommes) ; à partir de 13 h 45, finales par équipe femmes et hommes.

> Les filles du Casas disputeront une nouvelle fois la Coupe d'Europe les 1er et 2 octobre à Sofia.

Éric Pereira a ciblé Rio

L’archer de Saint-Avertin Éric Pereira est parti à Rio avec un objectif ambitieux : atteindre le dernier carré. Rendez-vous les 10 et 14 septembre sur le pas de tir.

Il est arrivé à Rio vendredi dernier, avec la délégation française sélectionnée pour les jeux Paralympiques et notamment ses quatre équipiers de l'équipe de France de tir à l'arc handisports. 

Éric Pereira, résidant à Tauxigny et licencié au club des archers de Saint-Avertin (Casas), a certes déjà rempli une partie de son contrat en décrochant son billet pour le Brésil il y a quelques mois. Mais l'ancien rugbyman, qui a débuté le tir à l'arc seulement en 2011, deux ans après un grave accident alors qu'il était agent EDF (traumatisme crânien et paralysie de la jambe droite), en veut plus, beaucoup plus. En fait, cela fait quatre ans et ses premiers stages en équipe de France handisports, juste avant les JO de Londres (auxquels il n'a pas participé), qu'il prépare l'échéance olympique de Rio.
Plusieurs titres de champion de France plus tard, ainsi que des places d'honneur au niveau international (3e par équipe du championnat d'Europe en 2014, 8e des mondiaux en 2015, 9e du championnat d'Europe en 2016), l'archer saint-avertinois a même rapidement intégré le top 10 mondial.
Une progression ulta-rapide révélant une motivation, une détermination et une rigueur de tous les instants. Il ne compte plus les heures passées sur le pas de tir de La Bellerie, à Saint-Avertin, ces derniers mois, seul ou sous la houlette de l'entraîneur du Casas Mickaël Vanpoucke.

Une progression ultra-rapide

Un gros travail et un investissement total qui portent leurs fruits, car Éric Pereira a rejoint Rio avec le plein de confiance, quelques semaines après avoir établi un nouveau record de France vétérans (arc à poulies), en handisports mais aussi chez les valides ! 
« Je me sens en effet très bien, confirmait-il quelques heures avant de traverser l'Atlantique pour rejoindre l'Amérique du Sud. Je suis en forme, pourvu que ça dure ! » 
Installé au village olympique, le sympathique Saint-Avertinois prépare donc sereinement le début de sa compétition. « Je ne suis pas impatient, je vais essayer de bien m'entraîner et de rester tranquille jusqu'au jour des qualifications, car il faudra en effet être au top le jour J. » Comme l'a fait Jean-Charles Valladont, l'archer français revenu des JO avec une superbe médaille d'argent autour du cou.
Pour Éric Pereira, les qualifications du tournoi se dérouleront ce samedi 10 septembre. Trente-deux archers seront alors en lice dans sa catégorie (arc à poulies open) pour tenter de réaliser le meilleur score possible. Ils se retrouveront quatre jours plus tard, le mercredi 14 septembre, cette fois-ci pour des duels éliminatoires jusqu'aux demi-finales. « Je vise le dernier carré, précise l'archer du Casas quand on le questionne sur ses ambitions. Si j'y parviens, après tout est possible. » 
Deux jours avant de fêter son 56e anniversaire, pas la peine de demander quel cadeau lui ferait alors plaisir…

Chantal Porte plus internationale que jamais

Chantal Porte a ajouté une treizième médaille à sa collection de trophées internationaux. C'était samedi dernier, à Mokrice-Catez, en Slovénie. Cette fois, c'est de l'argent qu'elle a ramené, en l'occurrence des championnats d'Europe 3D.
« Je suis allée crescendo au cours de ces championnats, mais j'ai raté la dernière marche, raconte-t-elle le sourire aux lèvres. Je crois que je me suis mis un peu trop de pression. Nous étions quatre Français en lice dans le dernier carré des différentes catégories et il ne restait plus que moi pour faire chanter la Marseillaise. C'était possible parce que les scores de cette finale ne sont pas montés très haut. Mais… » Mais Eleonora Strobbe l'a privée du plus beau métal.
Loin d'être déçue, l'archère de Saint-Avertin apprécie surtout la performance collective de l'équipe de France, même si les Bleues en barebow ont été en dessous de leur niveau par équipes et en sont resté au stade des quarts de finale. « L'an dernier, la France était revenue sans aucune médaille. Il y avait donc un peu de pression. Là, on rentre avec trois médailles d'argent et une petite finale. C'est pas mal. »

Les Mondiaux de tir campagne dans le viseur

Pas superstitieuse pour deux sous, Chantal Porte s'amuse de ce chiffre de 13 médailles. « J'aime bien le 13 ! »Maintenant, elle aimerait beaucoup passer à 14, voire 15 les 1er et 2 octobre, jours des finales par équipes et individuelles des championnats du monde de tir campagne. Son prochain objectif, le dernier de cette année 2016.
« Je n'ai jamais fait de médaille en campagne, fait-elle aussi remarquer. J'ai fait au mieux 4e!! Je n'ai jamais trop mal tiré, mais il me manquait toujours quelque chose. » 
Cette fois, à Dublin, Chantal Porte aimerait monter sur le podium de ces Mondiaux de tir campagne, même si sa discipline de prédilection a toujours été « plus le 3D que le tir campagne ». A noter que ces championnats du monde permettront aux nations de décrocher des quotas pour les Jeux mondiaux 2017, véritables jeux Olympiques des sports non-olympiques.
A trois semaines du rendez-vous, Chantal Porte avoue « n'avoir pas encore trop pensé à un objectif. Mais sur chaque compétition internationale, mon ambition est toujours d'entrer dans les quatre parce qu'on joue alors jusqu'au bout, avec la finale ou la petite finale. Bien sûr, rendu là, on peut encore revenir sans médaille, mais pour moi 4e reste un résultat pas si mauvais que cela ».
A Dublin, elle aura sans nul doute un petit truc en plus et une pression en moins pour espérer faire la différence : sa médaille européenne. « C'est toujours plus facile de partir sur un nouveau championnat quand on a déjà gagné une médaille », conclut-elle.
Treize, quatorze et pourquoi pas quinze…

L'argent pour Chantal Porte !

Chantal Porte n'a pas tremblé ! La Saint-Avertinoise faisait partie du dernier carré qui se disputait les médailles au championnat d'Europe de tir 3D à Mokrice-Catez, hier. En terrain slovène, elle s'est assuré l'une des deux premières places en battant l'Italienne Cinzia Noziglia 29-27 à l'occasion des demi-finales.

Elle était donc propulsée en finale de cette catégorie barebow où l'attendait une autre concurrente transalpine, Eleonora Strobbe, qui avait dominé la compétition jusque-là. La hiérarchie s'est confirmée, puisque cette dernière s'impose de 3 points 23-20.
Habituée aux honneurs nationaux et internationaux, Chantal Porte s'offre une très belle médaille d'argent qui fera fort belle figure dans sa collection personnelle.
A noter que les Français Serge Corvino et Daniel Ramos ont signé une performance de même niveau, rapportant les deux autres médailles d'argent au camp tricolore.

Championnat de France campagne, veteran.

Vendredi 5 et samedi 6 aout à Tiffauges en Vendée avait lieu le Championnat de France Campagne catégorie vétéran, organisé par la ville de Cholet (49). Véronique Laurent en poulies et J-M Papin en Bare-Bow représentaient nos couleurs. Jean-Marie termine 13è de sa catégorie et Véronique 2è en poulies 

Bravo à notre vice-championne de France.  Résultats

Suite à ces deux jours se disputait Dimanche et lundi la sélection pour les championnats du monde de tir en campagne qui se dérouleront du 27 septembre au 2 octobre à Dublin en Irlande. Chantal Porte et Stéphane Boissau étaient présent. Stéphane termine 5è chez les poulies et Chantal 1è chez les arcs nus donc elle part pour l'Irlande. résultats

Championnat de France FITA.

Cholet le 30 juillet et 1é aout avait lieu le championnat de France FITA Veteran

Deux archers du CASAS  étaient présent Françoise Mazabret et Eric Pereira. Dimanche suite aux qualifs Eric termine 2è et Françoise 9è. Dimanche après les 1/16è Eric passe et se faire sortir aux 1/8è et se place à la 9è place au final. Françoise, quand à elle, gagne tous ses matchs et se retrouve en finale pour terminer 2ème.

BRAVO A NOTRE VICE CHAMPIONNE DE FRANCE;

NR du 4/08/2016

 

Championnat de France Tir campagne à Bessana.

Bravo à nos quatre archers qui on participés au championnat de France scratch de tir en campagne à Bessans  en haute Maurienne dans le département de la Savoie.

Chez les femmes classique Marion Lenglet termine 2è BRAVO à notre vice-championne de France pour sa première participation à un championnat de France.

Christophe Clément en senior homme arc nu prend la 4è place, Stéphane Boissau en senior homme arc à poulies se place à la 6è place et en poulies également Jonathan Hérin 34è des qualifs est remonte à la 24é place.

 BRAVO A VOUS TOUS.

 

 

Et de dix pour Chantal Porte !

Indéboulonnable ! L'archère tourangelle Chantal Porte vient en effet de se qualifier pour une compétition internationale pour la dixième année consécutive. Le week-end dernier, celle qui a fait les beaux jours du club de Montlouis avant de rejoindre le Casas de Saint-Avertin il y a deux ans, a ainsi remporté le sélectif 3D des championnats d'Europe. Celui-ci, organisé à Pers-en-Gâtinais (45), a réuni 74 archers répartis en quatre catégories (arc libre, arc nu, arc chasse, arc droit).

Ce fut une victoire à l'arraché en arc nu pour Chantal Porte, qui a dû attendre les barrages en demi-finale (face à Girard) et finale (face à Norest), avec une égalité parfaite mais un avantage pour la Saint-Avertinoise grâce à une flèche un peu plus près du centre ! « C'est le mental qui a fait la différence lors de cette phase finale, explique le mari de Chantal, Dominique Porte. C'est une belle satisfaction pour elle, qui a participé à toutes les compétitions internationales, championnats du monde et championnats d'Europe depuis 2007… » 
La grosse expérience de Chantal Porte aura pesé lors des derniers duels, où la Chambraisienne Laure Gallot a atteint les demi-finales, elle aussi en arc nu. Deux autres archers d'Indre-et-Loire, Romain Cormier (Saint-Avertin) et Mathieu Blanchet (Montlouis) ont participé à ce sélectif, sans parvenir toutefois à franchir le premier tour. De son côté, l'archère du Casas va donc de nouveau enfiler le maillot de l'équipe de France, lors des championnats d'Europe 3D, organisés du 30 août au 3 septembre, à Mokrice-Catez, en Slovénie. Elle tentera alors d'ajouter une 13e médaille internationale à son impressionnant palmarès. Mais d'ici là, elle va disputer deux autres concours au mois d'août : le sélectif des championnats du monde de tir en campagne (du 6 au 8 août à Tiffauges), et les championnats de France de tir 3D (le 15 août à Bonneval). Encore des occasions de montrer qu'elle reste une redoutable compétitrice…

Ultime prépa pour Éric Pereira;

L'archer saint-avertinois Éric Pereira, sélectionné pour les Jeux Paralympiques de Rio, affiche un moral au beau fixe et une forme prometteuse.

Le week-end dernier, il était ainsi sur le pas de tir de La Bellerie, à Saint-Avertin, pour disputer la deuxième manche du championnat de France d'arc à poulies avec l'équipe du Casas. Seul non valide à participer à cette épreuve réunissant les 16 meilleurs clubs français de DNAP, il a largement contribué au beau parcours des Saint-Avertinois (3 succès en 5 matchs), leur permettant de conserver la 2e place au général derrière l'ogre Rueil/Malmaison.

Départ pour Rio début septembre

Parallèlement à la compétition, l'archer disputait également un stage de préparation avec l'équipe de France paralympique, qualifiée pour Rio. Ce rassemblement, qui s'est prolongé un peu plus d'une semaine à Saint-Avertin, a permis à Éric Pereira et aux quatre autres sélectionnés, Maxime Guérin, Olivier Hatem, Brigitte Duboc et Elisabeth Barleon, de peaufiner leurs réglages en vue de la grande échéance brésilienne, qui débutera en septembre pour les Paralympiques.
Ils étaient accompagnés par l'entraîneur de l'équipe de France handisports, Anthony Rigot, et le DTN, Vincent Hibois.
« Le stage a débuté mardi dernier et a duré huit jours, explique le Saint-Avertinois, visiblement en forme et serein. Nous avons pas mal tiré mais de toute façon, personnellement, je suis habitué à faire de grosses séances d'entraînement. La forme est là, il faut maintenant essayer de la conserver. » 
Après ce stage en Touraine, les Bleus participeront à un ultime rassemblement en Côte d'Or dans trois semaines. « Nous irons en effet à Dijon pour un stage terminal, juste avant la finale des championnats de France DNAP à Sallanches (N.D.L.R. : 20 et 21 août). De mon côté, je participerai aussi à la fin du mois, au championnat de France vétérans. » Une épreuve hexagonale où l'archer du Casas sera un candidat sérieux au titre.
S'en suivra un peu plus tard le grand départ pour Rio, programmé le 1er ou 2 septembre. Soit une dizaine de jours avant le début de l'épreuve. « Les qualifications auront lieu le 10 septembre et pour ma catégorie, les matchs se dérouleront le 14 septembre. »

Le Casas assure l'essentiel .

Malgré une prestation par équipes en demi-teinte, les Saint-Avertinoises ont décroché leur billet pour les demi-finales de D1. Belle perf du Casas en DNAP

Après les jolies choses montrées la veille en qualifications (Émilie Lacroix 4e, Noémie Brianne 7e et Laurie Lecointre 15e) et lors de l'épreuve individuelle (Brianne finaliste et Lacroix quart de finaliste), les archères du Casas ont en effet un peu coincé, dimanche matin, pendant la compétition par équipes.
Heureusement qu'elles avaient pris un peu d'avance, lors des deux premières manches à Sarcelles et Boé, car après trois défaites de suite face à des rivales directes hier matin (Neuilly, Brienon et Compiègne), Noémie Brianne et ses coéquipières, un peu longues à « se réveiller », ont dû s'accrocher face à Perpignan et Riom, pour conserver leur 2eplace au classement général.

Les garçons solides en arc à poulies

Une deuxième position derrière Brienon, synonyme de qualification directe pour les demi-finales, lors du dernier rendez-vous de la saison, les 10 et 11 septembre à Ruelle-sur-Touvre (Poitou-Charentes).
« On a mal débuté en effet. Peut-être qu'en voulant trop bien faire, on s'est mis un peu trop de pression et on a un perdu nos moyens » tentait d'expliquer Noémie Brianne. « On était trop passives » ajoutait Laurie Lecointre, une impression confirmée par Mickaël Vanpoucke. « Elles n'ont pas su confirmer les belles promesses des qualifications. Il n'y a pas eu assez de répondant face à nos adversaires directs. Pour positiver, il faut se dire que cela peut servir de rodage pour la finale. Cela rappelle qu'il faut rester vigilant et déterminé. » Un état d'esprit conquérant à travailler pour atteindre l'objectif suprême qui reste le titre de championnes de France. En attendant, le Casas a déjà assuré une qualification pour la Coupe d'Europe 2017…
De son côté, la très jeune équipe garçons du Casas n'a pas réussi à performer face à des équipes du milieu de tableau, concédant cinq défaites en autant de matchs et reculant à la 15e place au général. « Ils ont clairement manqué d'expérience » constate l'entraîneur saint-avertinois. Cela s'annonce désormais compliqué pour le maintien en D1.
Enfin, l'équipe masculine d'arc à poulies (DNAP) a, elle, confirmé ses très bons débuts à Boé, en conservant sa 2eplace au général grâce à trois succès sur cinq, et un revers sur le fil contre l'armada de Rueil-Malmaison. Le rêve d'un podium lors de la finale, les 20 et 21 août à Sallanches (Rhône-Alpes), peu envisageable en début de saison, prend forme…

De bons points pour Saint-Avertin .

L'avantage du terrain a été bénéfique, dans l'ensemble, aux archers de Saint-Avertin, hier, lors des épreuves individuelles du championnat de France de D1 arc classique et arc à poulies, organisées sur le site de La Bellerie par le Casas.

Avec une météo estivale, certains d'entre eux ont même été particulièrement rayonnants, à commencer par Noémie Brianne et Stéphane Boisseau.

Noémie Brianne en finale

La première nommée, en arc classique, a ainsi atteint la finale dames, s'inclinant face à Clémence Tellier de Voves. « Je suis très satisfaite de mon parcours, appréciait « Nono ». Sur la fin, je commençais à fatiguer physiquement, mais cela fait plaisir d'atteindre la finale à la maison ».
Stéphane Boisseau, demi-finaliste en arc à poulies, savourait également sa performance. « Je suis content, car si j'arrive régulièrement à entrer dans le top 10 lors des qualifications, j'ai souvent plus de mal lors des duels. Là, cela s'est plutôt bien passé… »
Autre performance saint-avertinoise à saluer : la première place par équipes chez les filles à l'issue du tir de qualification (Émilie Lacroix 4e, Noémie Brianne 7e, Laurie Lecointre 15e, Claire Urbanek 43e), synonyme de trois points de bonus au classement et donc d'une avance accentuée en tête, avant même l'épreuve par équipes de ce dimanche matin. A souligner également, en arc classique garçons, la belle perf du jeune Anatole Couasnon, qui a passé pour la première fois le « cut » des qualifications (32e), avant de s'incliner courageusement en 16e de finale face à l'international français Lucas Daniel (7-3).
Côté tricolore, justement, l'entraîneur national Marc Dellenbach a lui aussi pu apprécier la belle forme des Français qualifiés pour les jeux Olympiques, avec la victoire de Jean-Charles Valladont (Nîmes) face à Lucas Daniel (Riom).
Après ces bons débuts pour les couleurs du Casas, place aux choses encore plus sérieuses, ce dimanche matin, lors des rencontres par équipes, où l'entraîneur Mickaël Vanpoucke compte sur une belle prestation de son groupe.
Leaders en arc classique, les Saint-Avertinoises auront à cœur de conserver leur statut à domicile, même si une place dans le top 2 leur suffit pour se qualifier directement pour les demi-finales du championnat, en septembre prochain.
Chez les messieurs, la jeune garde du Casas (13e actuellement) va tenter de prendre des points précieux dans l'optique du maintien, alors que l'équipe de DNAP, emmenée par Stéphane Boisseau et Éric Pereira, va, elle, tirer sans pression avec la volonté de résister aux meilleurs.

résultats

Arc classique 

Garçons : 1. Valladont (Nîmes) ; 2. Daniel (Riom) ; 3. Chirault (Cleront-Ferrand). Filles : 1. Tellier (Voves) ; 2. Brianne (Saint-Avertin) ; 3. Ruggieri (Brienon) ;….7. Lacroix (Sain-Avertin).

Arc à poulies

  Garçons : 1. Peineau (Rueil) ; 2. Delobele (Rueil) ; 3. Gérard (Suresnes) ; 4. Boisseau (Saint-Avertin). Filles : 1. Burnet (Neuilly-sur-Marne) ; 2. Dodemont (Sarcelles) ; 3. Sancenot (Meursault).

 Ce dimanche matin, de 9 h 30 à 12 h, épreuves par équipes.

MEILLEURES PERFORMANCES

FITA BOE , le 1é juin 2013.

France FITA jeunes par équipe, le 30 aout 2012.

3è manche de D1 à compiegne, 19 juillet 2014.