MERCI A L'ORGANISATION ET A TOUS LES BENEVOLES. BRAVO A TOUS.

Noémie Brianne vise l’Europe.

Une semaine après avoir décroché le titre de championne de France des clubs avec ses coéquipières de Saint-Avertin, Noémie Brianne va tenter, ce week-end, de décrocher sa sélection pour les championnats d’Europe de tir Fita (du 28 août au 1er septembre à Legnica en Pologne). « Le laps de temps entre les championnats de France et ce week-end de sélection a été relativement court… » D’autant que l’archère tourangelle a une activité professionnelle. « Il faut le gérer, mais c’est normal… C’est surtout la chaleur du moment qui complique les choses pour se préparer et récupérer », note Noémie.
Des températures caniculaires qu’il faudra d’ailleurs prendre en compte durant les deux jours de compétition franco-française, disputée à l’Insep (Paris). « Chez les femmes, on sera neuf en lice, puisque Clémence (Tellier, également saint-avertinoise) qui revient de blessure a déclaré forfait. On aura un tir de qualification, deux fois trente-six flèches, en ouverture ; puis, samedi après-midi, on aura trente volées de trois flèches à tirer. » Un exercice un peu à part. « On ne rencontre pas cela en compétition. C’est un exercice difficile durant lequel on va beaucoup marcher et qui demande un très long temps de concentration. Avec la chaleur actuelle, ce sera encore plus dur… »
Dimanche matin, ce sera une nouvelle séance de deux fois trente-six flèches en mode qualification ; suivra un tournoi à élimination entre les huit meilleures sur le week-end. « Celle qui le remportera sera qualifiée directement pour les championnats d’Europe. Les deux autres sélectionnées seront déterminées par le comité de sélection. »
Pour décrocher son ticket pour la Pologne, Noémie va en tout cas devoir retrouver un niveau plus conforme à ses standards habituels. « Je suis actuellement un peu dans le doute. Les dernières compétitions, que ce soit lors des qualifications aux France ou lors des deux récentes Coupe du Monde, ont été décevantes et frustrantes. D’accord, il y avait du vent et cela influe sur les performances, mais c’était trop à la baisse… »
Un signe d’espoir toutefois : le week-end passé, Noémie Brianne a beaucoup mieux terminé la séance de qualification. Une petite musique à reproduire sur la durée dès ce samedi matin.

Des championnats de France qui visent juste.

Les championnats de France de tir à l’arc viennent de se terminer dimanche, en fin d’après-midi, à la Bellerie. On ne résiste pas au plaisir de rapporter le commentaire élogieux figurant sur le site de la Fédération française de tir à l’arc (FFTA), une phrase qui résume bien cette semaine de compétitions : « Au revoir Saint-Avertin ! Ce fut un magnifique championnat de France, une belle organisation, des matchs riches en émotions et de beaux champions ! »
En effet, ce fut une réussite, d’autant plus qu’en fin de semaine, cerise sur le gâteau, l’équipe féminine du Club des archers de Saint-Avertin Sports (Casas), en lice face à Riom (Puy-de-Dôme) en finale du championnat de France de D1, a conservé son titre remporté l’an dernier. Sur cinq jours, ces championnats (jeunes, scratch individuel et par équipes) ont drainé sur le terrain de la Bellerie plusieurs centaines d’archers. Pas moins de 411 jeunes archers venus de toute la France se sont affrontés les mercredi, jeudi et vendredi matin. Quant au championnat de France scratch arc classique, il a opposé environ 350 tireurs. Commencé par un entraînement le vendredi après-midi, il s’est déroulé samedi et dimanche avec remise des trophées dans l’après-midi. Des journées très éprouvantes puisque l’ouverture du greffe (pour l’enregistrement des tireurs) commençait dès 7 h 30 le matin.

La bonne centaine de bénévoles sur lesquels le Casas peut toujours compter n’aura pas chômé au cours de ces cinq jours. Le greffe, la vente des tickets pour la buvette, les stands de restauration, la confection des sandwichs, des crêpes et des salades et, sur le terrain, la gestion des cibles et leur renouvellement : tout s’est très bien passé grâce à eux.
Au moment des remises de récompenses, trois d’entre eux ont été félicités par le maire et la députée de la circonscription : Hervé Delannoy, N’guyen Tuan et Gaëtan Robin. Il faut leur associer Jean-Louis Maurel, le vice-président de la section, toujours en retrait mais terriblement efficace. A signaler, la participation de plusieurs élèves de la classe instruments à vent de l’école municipale de musique qui ont interprété la Marseillaise à l’issue de la remise des trophées. 

Les Saint-Avertinoises sacrées championnes de France par équipes D1 à domicile.

Au terme d’une finale maîtrisée face à Riom, les filles du Casas ont conservé leur titre en D1. Une jolie récompense pour un collectif soudé.

 

Quatre sets ont suffi aux Saint-Avertinoises pour empocher la mise et conserver leur titre de championnes de France par équipes D1. Quatre manches maîtrisées, solides, appliquées durant lesquelles Émilie Lacroix, Pauline Chartrin et Noémie Brianne – couvées du regard par Michaël Vanpoucke, leur entraîneur, Clémence Tellier, la remplaçante, et Laurie Lecointre, la cinquième mousquetaire de la bande – ont beaucoup mieux appréhendé le vent irrégulier qui soufflait hier après-midi sur le pas de tir de la Bellerie. « Intrinsèquement et individuellement, les Riomoises étaient sûrement au-dessus mais elles ont sûrement essayé d’être trop précises alors que les conditions étaient difficiles », résumera ensuite le technicien du Casas.
Noémie Brianne : “ Quelque chose en plus… En face, c’est tout un collectif qui leur a répondu, tenant particulièrement compte des leçons tirées au terme de la demi-finale de la veille face à Perpignan. « Avant la finale, je ne le cache pas, j’avais beaucoup d’appréhension, explique Pauline Chartrin. Mais justement, on s’est beaucoup parlé et cela a aidé à gérer la pression… » Et au moment d’entrer dans l’arène, la Saint-Avertinoise et ses coéquipières « avaient toujours un peu de stress normal, mais on a surtout pris du plaisir ».
Battues d’un point au terme d’un premier set déjà relativement propre, les filles du Casas ont ensuite lâché leurs flèches, mettant à chaque fois sous pression les Auvergnates. « On a beaucoup communiqué,savourait Émilie Lacroix. Quand il y a du vent, c’est particulièrement important. Moi, j’ouvrais, j’étais chargée de donner les infos sur la zone à viser, comme une flèche test ; ensuite, “ Paupau ” devait assurer et compléter cela ; et enfin, Noémie devait gérer le temps… »
Une force collective qui a porté le club tourangeau durant toute la saison régulière. « On n’est pas trois, ni même quatre. On est cinq, appuyait d’ailleurs Noémie Brianne. Laurie ne pouvait être avec nous sur le terrain, mais elle était là juste à côté de la barrière. Je la sentais présente. Alors oui, à Riom, elles sont aussi copines mais là, je crois qu’on avait quelque chose en plus… C’est génial ! L’an dernier, cela faisait longtemps qu’on attendait ce titre. Alors, aller le chercher une deuxième fois consécutive, c’est… “ waouh ” ! En fait, on avait tellement attendu pour l’avoir qu’on ne va plus le lâcher désormais ! »
Et décrocher cette première place de la Division 1 hexagonale à domicile a forcément une saveur particulière « C’est une façon de remercier et de saluer tous les bénévoles du club qui ont œuvré à l’excellente organisation de ces championnats et pour tout ce qu’ils nous apportent dans l’année », résumait Émilie Lacroix.
Reste désormais à exprimer ce même enthousiasme et cette même envie d’équipe, mi-septembre, en Espagne, lors de la coupe d’Europe des clubs…

Jean-Charles Valladont a bien failli tout gagner.

Le Nîmois Jean-Charles Valladont a bien failli remporter tous les titres qu’il pouvait glaner, ce week-end à Saint-Avertin. En compagnie de Mélanie Gaubil, il avait ainsi parfaitement ouvert son après-midi de finales, dominant le duo mixte rennais, Salomé Bichon et Lucas Daniel. Le vice-champion olympique en 2016 à Rio l’a conclu de la même manière en empochant le titre de champion de France masculin, s’imposant 6-4 contre le jeune et talentueux Thomas Chirault. La dernière flèche de l’ultime manche aurait bien pu lui coûter cher, mais son adversaire clermontois, lui aussi victime du vent, n’a pas su en profiter pour arracher le barrage.
Une ultime flèche qui ne lui avait en revanche pas souri en finale par équipes masculines : alors qu’il avait l’occasion de donner la victoire aux Nîmois, Jean-Charles Valladont ne la maîtrisait pas. Cela offrait définitivement l’or de la D1 à Clermont.

 

Dernier titre en jeu, hier, celui de championne de France, brillamment décroché par Angéline Cohendet. L’archère de Brignais, très solide en finale malgré le vent, a dominé la jeune Élodie Kaczmareck (Briennon), déjà 2e en juniors vendredi.
Dans ce tableau féminin, la meilleure performance des Saint-Avertinoises est à mettre à l’actif d’Émilie Lacroix. La Tourangelle a chuté en huitièmes de finale face à la redoutable Audrey Adiceom (Riom). « Après un match compliqué en 16es, j’ai su me reprendre et face à Audrey, une référence (3e de ces championnats), j’ai fait jeu égal. Sur ma dernière flèche, je lâche un 7, je ne la mets pas assez sous pression, ce qui aurait pu changer la donne, mais j’ai réalisé un bon match… »

Les filles de Saint-Avertin en finale de la D1.

Même si tout n’a pas été parfait, les Saint-Avertinoises ont dominé la demi-finale face à Perpignan. Elles défendront leur titre, ce dimanche, face à Riom.

 

Le contrat est rempli mais sur la manière, il y a à redire… Forcément exigeant, Michaël Vanpoucke, l’entraîneur saint-avertinois, prévenait ainsi ses archères à peine la demi-finale par équipes D1 avalée. Un 6-0 face à Perpignan, net sur le papier mais laborieux sur le terrain de la Bellerie. « On a le droit de perdre en finale, mais je veux du tir à l’arc tel qu’on l’a construit. On a un groupe, c’est notre force…,lâchait ensuite le technicien au moment du débriefing collectif. On est déjà assuré d’avoir une médaille, de monter sur “ la boîte ”. Il ne faudra pas devenir des “ légumes ” au moment de tirer parce que le stress nous prend quand on va entrer dans l’arène… »
Et d’expliquer un peu plus tard cette analyse : « Cela doit être plus franc ! Je crois qu’il y a eu trop de distractions. Parfois, si le match est très relevé, la route est claire. Là, face à un adversaire qu’on a l’habitude de jouer, qui est assez surprenant, qui s’appuie sur des valeurs fortes et qui sait gérer les moments chauds, on s’est un peu exposé… C’est dangereux. »
Cela a finalement été sans conséquence, hier, sur le terrain du club des archers de Saint-Avertin sports (Casas), mais, ce dimanche après-midi face à Riom (l’autre qualifié direct pour les demi-finales D1 au terme de la saison régulière), de tels errements seront forcément sanctionnés. « Riom, c’est le club de mon meilleur ami, j’ai un énorme respect pour leur travail, poursuit Michaël Vanpoucke.On sait où l’on va : la différence se fera dans la gestion du stress et des nerfs… »
Le message est en tout cas bien passé, à écouter les archères saint-avertinoises : « Le bilan de cette demi-finale est mitigé, répondaient ainsi en chœur Noémie Brianne et Émilie Lacroix. On n’a pas été au niveau qu’on espérait… Il y a certainement eu de l’appréhension, des pensées parasites qui nous ont sorties de ce qu’on doit faire. On s’en rend compte et cela sonne comme une remobilisation… »
Clermontois et Nîmois aussi en finaleLa première partie du contrat du week-end est remplie : ce dimanche à partir de 14 h 10, les filles du Casas tenteront bien de conserver leur titre national par équipes. Ce serait le second dans l’histoire du club tourangeau, grand habitué du top 5 hexagonal (pas quitté depuis dix ans), mais pas forcément de la première marche du podium.
Face à la force collective des “ Vertes ”, il y aura trois archères auvergnates talentueuses : Mathilde Louis, internationale de tir en campagne, Lisa Barbelin, membre de pôle France, et surtout Audrey Adiceom, la numéro 1 française. Voilà qui promet un très beau moment de suspense.
Le bras de fer s’annonce également palpitant chez les hommes. Comme pour les femmes, on retrouvera ainsi, à 15 h, les deux leaders de la saison régulière. Comme les Perpignanaises et les Nîmoises, Niçois (battus 5-3 par Nîmes) et Riomais (défaits 6-2 par Clermont), sortis du play-off, n’ont pas réussi à faire chuter les têtes de série. Reste à savoir qui des Gardois, emmenés par le vice-champion olympique Jean-Charles Valladont, ou des Auvergnats, qui s’appuient sur le grand espoir Thomas Chirault, vont grimper sur la plus haute marche du podium ?
Ce dimanche, à la Bellerie (Saint-Avertin). > Phases finales individuelles à partir de 9 h. > Toutes les finales individuelles et par équipes à partir de 13 h 15.

Championnats de France jeunes : un dénouement ultra spectaculaire

Consacrée aux épreuves par équipes, cette dernière journée des championnats de France jeunes au complexe de la Bellerie de Saint-Avertin s’est encore une fois brillamment déroulée.
Chez les benjamins/minimes, la victoire est revenue à Pont-à-Mousson. Après s’être qualifiée en septième position, la triplette Hugo Beaucourt, Caroline Lopez et Valentin Lucot a enchaîné les succès pour s’attribuer la plus belle des médailles. Opposée en finale à Monchy-au-Bois, elle a remporté la rencontre 6-2. La médaille de bronze est revenue à la formation de Lescar après sa dernière victoire sur Ardin (6-0).
Dans la catégorie supérieure, celle des cadets-juniors, filles et garçons étaient séparés. Concernant les demoiselles, Riom a raflé la mise après avoir battu Brienon-sur-Amançon. Lors de cette finale, les spectateurs, présents en nombre autour de l’arène où se disputaient les finales, ont une nouvelle fois eu droit à un affrontement entre Lisa Barbelin (Riom) et Elodie Kasczmarek (Brienon-sur-Amançon). Et cette finale est encore tombée dans l’escarcelle de la Riomoise (6-0), impeccablement épaulée par Anaïs Laville et Mathilde Louis. Lors de la rencontre pour le bronze, Compiègne s’est offert une place sur le podium final aux dépens de Nîmes (5-3).
Enfin, Nanteuil-le-Haudouin s’est imposé dans le tableau masculin en disposant de Nice en finale (6-0). Le trio composé de Valentin Gosset, William Massouf et Hugo Wacogne, particulièrement homogène et adroit, n’a laissé aucune ouverture aux Niçois emmenés par Florian Billoue.
Compiègne en or au classement clubCet événement était également l’occasion de récompenser les clubs formateurs (Label ETAF : école de tir à l’arc français). Après plusieurs années parmi le Top 15 des clubs français, Compiègne a franchi un cap cette saison et s’est octroyé le trophée. Pour Olivier Tavernier, membre de l’équipe de France depuis près de quinze ans et multimédaillé lors des plus grandes compétitions internationales, qui a pris en charge les équipes de jeunes cette saison, « c’est le plaisir avant tout. Il ne faut pas se mettre de pression et rester le plus calme possible. Cependant, la réussite ne m’appartient pas, il faut avant tout mettre en avant les archers. Les autres éducateurs ont bien travaillé avant mon arrivée et les bases étaient solides. Maintenant, la progression est intéressante et plusieurs jeunes ont augmenté leur moyenne de plus de 100 points. » Une chose est sûre, Olivier Tavernier est habitué aux succès, que ce soit dans les arènes ou en coulisse.
Les classementsBenjamins/Minimes mixte : 1. Pont-à-Mousson, 2. Monchy-au-Bois, 3. Lescar, 4. Ardin, 5. Nîmes, Manduel, 7. Estrees-Saint-Denis, 8. Mulhouse, 9. Challans, 10. Riom. Cadets/Juniors. Filles : 1. Riom, 2. Brienon-sur-Armaçon, 3.Compiègne, 4. Nîmes, 5. Archères, 6. Bassin d’Arcachon, 7. Arcis-sur-Aube, 8. Brunstatt, 9. Rennes, 10. Saint-Denis-de-la-Réunion. Garçons : 1. Nantueil-le-Haudouin, 2. Nice, 3. Compiègne, 4. Riom, 5. Rennes, 6. Veneux-les-Sablons, 7. Nîmes, 8. Cluny, 9. Saint-Avertin, 10. Chambéry.

Quatre Saint-Avertinoises encore en lice

En parallèle de la finale du championnat de France D1 par équipes, les titres individuels seront aussi décernés ce dimanche à Saint-Avertin.
Si le vent qui s’est levé hier en Touraine a été perturbant toute la journée, il a été particulièrement gênant hier matin lors des qualifications et en début d’après-midi en 24es de finale (les huit premiers et premières des qualifications passant directement en 16es). Les grands favoris de ses tableaux individuels sont cependant parvenus à en déjouer les pièges, sans atteindre des scores faramineux évidemment.
Du côté des archers d’Indre-et-Loire, il fallait se concentrer sur les filles. Avec déjà une belle satisfaction pour la Chambraisienne Mélanie Moreau qui a passé le “ cut ” en 38e position et qui n’a pas à rougir de sa prestation au premier tour éliminatoire (défaite 6-2 face à Solenn Marion, Vedene).
Les Saint-Avertinoises ont toutes réussi à se qualifier pour le tableau final. Avec un vrai satisfecit pour Émilie Lacroix : 10e des qualifs, l’archère à l’inamovible et éclatant sourire a confirmé en 24es et peut légitimement ambitionner d’aller jusqu’en quart (son objectif), voire mieux, ce dimanche.
Ce matin, en 16es, elle sera accompagnée de Clémence Tellier et Laurie Lecointre (condamnée à un quasi-exploit face à la jeune Nimoise Mélanie Gaubil, 1re des qualifs et prétendante sérieuse pour le titre). En revanche, Pauline Chartrin a dû s’incliner face à Clémentine Agnona (Compiègne) après un barrage. Pas de Noémie Brianne, non plus. Une déception pour la leader du Casas : « Une frustration même… », expliquait-elle après avoir été sortie par la Réunionnaise Kinjala Atchy (6-2). « J’étais là pour le podium. Mais c’est le jeu… Le vent n’était pas évident et il y a eu une mauvaise gestion de ma part… »

Championnats de France jeunes : Aurélia Trèves, reine de la journée

La Niçoise Aurélia Trèves a été l’une des héroïnes de cette deuxième journée des championnats de France jeunes, qui se déroulent actuellement au complexe de la Bellerie à Saint-Avertin. Elle a réalisé un parcours sans faute, puisqu’elle a d’abord remporté le tableau mixte en compagnie de Florian Billoue avant de dominer le tableau individuel chez les cadettes. Elle a ainsi clos son séjour en Touraine sans perdre la moindre rencontre.
Autre club particulièrement en vue lors de cette journée au complexe de la Bellerie, Riom, lequel a participé à trois finales. Lisa Barbelin et Hugo Lartigue ont en effet disputé trois finales à eux deux. D’abord engagés en mixte, ils se sont inclinés face au binôme niçois formé par Aurélia Trèves et Florent Billoue et ont dû se contenter du titre de vice-champion de France.
Mais la réaction de ces deux jeunes champions ne s’est pas fait attendre. Hugo Lartigue s’est offert le titre en disposant de Benjamin Duchesne (Vineuil) chez les cadets. À peine son arc posé, le sociétaire de Riom a avoué « avoir été stressé pendant la finale. Je suis très heureux de concrétiser aujourd’hui après une bonne saison. »
Quelques instants plus tard, sa partenaire de club l’a imité en remportant son duel face à Élodie Kaczmarek (Brienon-sur-Armançon). « C’était un match hyper difficile contre Élodie aujourd’hui. Il y avait énormément d’émotion », a déclaré Lisa Barbelin, au bord des larmes après son succès.
En présence de Jean-Charles Valladont Pour la dernière finale de la journée, celle des juniors hommes, les archers ont proposé un spectacle remarquable avec des flèches impeccablement centrées dès la première volée. Au final, le Graal a été décroché par Clément Jacquey (Belfort). Il a dominé Florentin Lecat (Compiègne) lors de la dernière rencontre pour s’assurer la couronne hexagonale.
Chez les plus jeunes, Océane Maranon (Portes-lès-Valence) et Baptiste Addis (Manduel) se sont adjugé la compétition chez les benjamins. Dans la catégorie d’âge supérieure, les minimes, Caroline Lopez (Pont-à-Mousson) s’est imposée chez les féminines et Gautier Salard (Ardin) dans le tableau masculin. La journée s’est achevée de la plus belle des manières par les podiums et la remise des récompenses en compagnie de Jean-Charles Valladont, médaillé d’argent en individuel aux derniers jeux Olympiques de Rio en 2016.
Les classements> Tableau individuel Benjamines : 1. O. Maranon (Portes-lès-Valence), 2. L. Letter (Paris Archers), 3. L. Raymond (Artonne - Saint Myon), 4. L. Durand (Challans). Benjamins :B. Addis (Manduel), 2. T. Branton (Monchy-au-Bois), 3. A. Petroff (Perols), 4. H. Gerbaulet-Hazard (Annonay).Minimes F : 1. C. Lopez (Pont-à-Mousson), 2. E. Sanchez (Lorgues), 3. A. Chambraud (Archères), 4. V. Sebastian (Montpellier). Minimes H : 1. G. Salard (Ardin), 2. R.Viale (Nice), 3. I. Bariteaud (Lescar), 4. R. Ripaux (Villiers Saint-Frederic). Cadettes : 1. A. Trèves (Nice), 2. M. Richard (Nemours-Saint-Pierre), 3. A. Florent (Challans), 4. K. Touraine-Helias (Rueil-Malmaison). Cadets : 1. H. Lartigue (Riom), 2. B. Duchesne (Vineuil), 3. H. Wacogne (Nanteuil-le-Haudouin), 4. N. Bernardi (Nice). Juniors F : 1. L. Barbelin (Riom), 2. E. Kaczmarek (Brienon/Armançon), 3. M. Royer (Nîmes), 4. O. Guy (Nîmes). Juniors H : 1. C. Jacquey (Belfort), 2. F. Lecat (Compiègne), 3. F. Billoue (Nice), 4. L. Naveteur (Veneux-les-Sablons). > Double mixte jeunes 1. Nice (Trèves/Billoue), 2. Riom (Barbelin/Lartigue), 3. Lyon 8e (Coupard/Mercader), 4. Rueil-Malmaison (Touraine-Helias/Dupart).

Championnats de France jeunes :Place aux finales à Saint-Avertin

Au terme des qualifications, les têtes d’affiche dominent déjà. A confirmer ce jeudi lors des phases finales, puis vendredi par équipes.

 

La première journée des championnats de France jeunes s’est déroulée hier au complexe de la Bellerie, à Saint-Avertin. Et déjà, les favoris sont au rendez-vous.
Au sommet du classement à l’issue de qualifications, Océane Maranon (648 pts, Portes Les Valence) et Baptiste Addis (673 pts, Manduel) seront ainsi les têtes de série n° 1 lors du tableau final benjamins. Dans la catégorie d’âge supérieure, Caroline Lopez (643, Pont A Mousson) et Aymeric Hiegel (658, Aix en Provence) ont dominé. Même chose pour Kyla Touraine-Helias chez les cadettes : ce qui n’est franchement pas une surprise car la sociétaire de Rueil-Malmaison, vice-championne du monde l’an passé, a décroché deux médailles lors des championnats d’Europe, à Patras (Grèce) au mois de juin.
Dans cette même catégorie d’âge, Hugo Wacogne (Nantueil le Haudoin) a enlevé le classement général avec un total de 667 pts. Enfin, chez les juniors, les têtes de série n° 1 seront Lisa Barbelin (659 pts, Riom) et Clément Jacquey (659, Belfort-Savoureuse).
En fin de journée, les premiers tours éliminatoires du tableau par équipe mixte se sont déroulés. Au terme de deux rencontres plus que disputées en demi-finale, le binôme de Riom formé par Lisa Barbelin et Hugo Lartigue et le duo de Nice, Aurélia Treves et Florian Billoue, se sont qualifiés pour la finale or. Les deux équipes vaincues, Lyon 8e (Coupard/Mercader) et Rueil-Malmaison (Touraine-Hélias/Dupart) s’affronteront en quête d’une place sur le podium final ce jeudi.
Des Saint-Avertinois et des Chambraisiens encore en coursePlace désormais ce jeudi aux phases finales individuelles. Et on y retrouvera plusieurs archers tourangeaux. Chez les minimes, le Saint-Avertinois Eloim Lebot est parvenu à passer le cut des qualifications. En terminant à la 24e place avec 605 pts, il est convié au tableau final en compagnie des trente-deux meilleurs archers français de sa catégorie. Au premier tour du tableau final, il affrontera Julien Chamignon (629, Yzeure), 9e des qualifications.
La Chambraisienne Mélanie Moreau s’est hissée à la 7e place chez les cadettes, avec 637 pts. Opposée à Audrey Machinet (628 pts, Arcis sur Aube) ce jeudi, elle tentera de rejoindre les quarts de finale. Enfin dans la catégorie junior, Liam Foret (598 pts, Saint-Avertin) et Thomas Chovelle (587 pts, Chambray-lès-Tours) se sont respectivement qualifiés avec les 20e et 28e tickets

D1 : les archères de Saint-Avertin vont défendre leur titre à domicile.

Samedi et dimanche, lors championnats de France scratch (toutes catégories d’âge) et D1 par équipes, la densité du plateau devrait, comme pour les jeunes, offrir des duels particulièrement haletants en individuels. Les têtes d’affiche françaises du tir à 70 m sont attendues : notamment le vice-champion olympique Jean-Charles Valladont (Nîmes) chez les hommes ou la tenant du titre Audrey Adiceom (Riom) chez les femmes.
Les chances saint-avertinoises, en individuels comme par équipes, seront portées par les filles : avec Noémie Brianne et Clémence Tellier en leaders ; Émilie Lacroix, Pauline Chartrain et Laurie Lecointre en outsiders crédibles. « En individuelles, il faudra passer le cut. Les filles ont le niveau pour entrer en quarts de finale, explique Michaël Vanpoucke. Après, c’est toujours la même histoire : tout dépend du tableau final… »
Par équipes, la formation tourangelle, tenante du titre, a dominé la saison régulière, en ne perdant qu’un seul duel (face à Nîmes). Leader de la division, le Casas aborde donc cette finale en étant directement qualifié pour les demi-finales « alors qu’on a jamais eu deux fois la même composition d’équipe ». La preuve de la force du club saint-avertinois : « C’est la dixième année consécutive où l’on va terminer dans le top 5. C’est une statistique significative : on est régulier au fil des ans, cela montre notre savoir-faire, notre compétence. »
Conserver le titre national serait une cerise sur le gâteau, avant d’aller disputer la coupe d’Europe des clubs à Malaga, mi-septembre. Avec Brienon, Nîmes et Riom (l’autre équipe assurée d’être en demi-finale), la concurrence sera cependant rude. Mais le Casas sera à domicile… Un paramètre que maîtrisent désormais Noémie Brianne et compagnie et qui devrait être un avantage.
> Ce samedi à la Bellerie, à partir de 8 h 30, qualifications individuelles ; à partir de 15 h, 24e de finale ; à partir de 16 h 25, début des matchs par équipes. > Ce dimanche, à partir de 9 h, phases finales individuelles ; à partir de 13 h 15, toutes les finales.

Championnat de France jeunes.

l’élite française au rendez-vous à Saint-Avertin.

Jusqu’à la fin de semaine, Saint-Avertin accueille les championnats de France jeunes, puis scratch et D1. Les archers du Casas ont l’occasion de briller à domicile… mais la concurrence sera rude.

 

Cinq jours de compétition de très haut niveau ! A partir d’aujourd’hui, et jusqu’à dimanche, le Sas tir à l’arc accueille les championnats de France jeunes (individuels, par équipes et par équipes mixtes), puis le championnat de France scratch (toutes catégories d’âge) et la finale par équipes D1. Un sacré programme, d’autant que les meilleurs tireurs à l’arc de l’Hexagone sont attendus sur les installations de la Bellerie.
> La compétition jeunes. Plus de 300 benjamins (11-12 ans), minimes (13-14 ans), cadets (15 à 17 ans) et juniors (18 à 20 ans) vont s’affronter en individuels (ce mercredi et ce jeudi), par équipes (ce vendredi) et par équipes mixtes (mercredi et vendredi).
Les meilleurs d’entre eux ont forcément en lointain point de mire les JO 2024 à Paris. En attendant, ils font leurs armes dans leur catégorie d’âges respectives.
Lors du rendez-vous saint-avertinois, les favoris sont forcément à chercher, en tout cas en minimes, cadets et juniors, parmi les membres des pôles fédéraux.
> Les chances saint-avertinoises. En individuels, le principal espoir de podium repose sur les épaules d’Eloïm Lebot en minimes. « Il est actuellement dans le top 10 hexagonal, souligne Michaël Vanpoucke, son entraîneur. Il a terminé deux tournois nationaux à la 4e place. C’est sa première année à ce niveau, il continue de grandir avec de belles capacités. Il peut jouer le podium. »
Le junior Lian Foret, vice-champion de France en salle cet hiver, peut également espérer une belle place d’honneur. « Il vient de changer de catégorie d’âge cette année, prévient toutefois l’entraîneur du Casas. Et contrairement à la salle, il va devoir gérer le changement de distance (10 m d’écart par rapport aux cadets) et tous les meilleurs seront, cette fois, bien là. Il peut viser une qualification en quarts de finale, après on verra… Mais le niveau sera dense… »
Même constat du côté des filles : la Saint-Avertinoise Oriane Loride, en pôle espoirs, peut espérer tirer sa flèche du jeu, alors qu’Hélène Charrois peut elle aussi ambitionner une place dans le tableau final.
Lebot, Foret et Loride en leadersPar équipes cadets/juniors, si les garçons (Lian Foret, Armel Chauvin, Thomas Guillaume et Théo Dupuis) qualifiés en 15e position (sur 16) vont surtout en profiter pour engranger de l’expérience, les filles du Casas (Oriane Loride, Hélène Charrois, Elea Arbib, Marie Petit) ont une belle carte à jouer : 6e équipe qualifiée, elles peuvent viser une place en demi-finale et « pourquoi pas un podium ». « Encore une fois, en matchs, tout dépend du tableau… »
En mixte, le duo saint-avertinois sera composé de Lian Foret et Oriane Loride : « Passer le “ cut ” et être dans les 8 (pour disputer les matchs) serait déjà une belle performance. »
Voilà qui promet en tout cas un spectacle à suspense, notamment jeudi après-midi et vendredi lors des finales disputées en “ arène ”. Parfait pour découvrir et savourer le tir à l’arc.
> Ce mercredi de 9 h 30 à 18 h 30, qualifications individuelles, puis quarts de finale et demi-finales mixtes. > Ce jeudi de 8 h 45 à 11 h 45, phases finales individuelles ; de 11 h 50 à 19 h, finales individuelles par catégories et finales duos mixtes. > Ce vendredi à 9 h à 12 h 15, phases finales et finales par équipes.

 le Casas est fin prêt pour les championnats de France.

Les membres du bureau et tous les bénévoles du club des Archers de Saint-Avertin Sports, le Casas, ont les pieds dans les starting-blocks. Depuis mercredi et jusqu’à dimanche en fin d’après-midi, ils ne vont pas chômer.
En effet, le club organise les championnats de France des jeunes à partir de mercredi et celui des adultes, à partir de vendredi. Les premiers vont opposer pas moins de 411 jeunes archers venus de toute la France, les seconds ne seront « que » 350. Si on tient compte des entraîneurs et autres accompagnants, et des parents le Casas aura réussi à faire venir autour d’un millier de personnes sur la commune. 
Comme à chaque grande compétition, le Casas va faire montre se son sens de l’organisation. Ce n’est pas le fait du hasard si la fédération française confie aussi souvent au club saint-avertinois l’organisation de tels championnats. Jean-Marie Papin a délaissé son arc pour effectuer le traçage des lignes délimitant l’aire de tir, ses collègues ont tous des tâches bien précises qu’ils assumeront au fur et à mesure du déroulement des épreuves. En tout, ils seront près d’une centaine à travailler dans l’ombre pour la réussite de la manifestation.
À partir de mercredi, le public est attendu sur l’aire de tir de la Bellerie. L’entrée est gratuite et un écran géant de 17 m2, mettra aux spectateurs de voir de près les cibles et l’impact des flèches. Un stand de découverte permettra à ceux qui le souhaitent de s’essayer au tir à l’arc. Parmi les champions présents, notons celle de Jean-Charles Valladont, vice-champion olympique, toujours disponible pour s’entretenir avec le public.
Buvette, petite restauration, stands de viticulteurs et l’Archerie du Centre seront présents tout au long des épreuves.

MEILLEURES PERFORMANCES

France FITA jeunes par équipe, le 30 aout 2012.

3è manche de D1 à compiegne, 19 juillet 2014.